Sélectionner une page

Chapitre 1

DATE: 2 Mai 2020  |  AUTEURE: Elina Connor  |  71 vues

Italie, Rome

Le son de deux épées qui s’entrechoquent résonne dans l’imposante salle au plafond haut. Elle possède de larges murs, dont une partie est remplacée par de grandes baies vitrées qui laissent filtrer la lumière du soleil. La pièce est située au troisième étage de ce qui ressemble à une ancienne église gothique et la vue donne uniquement sur la cour traversée par quelques prêtres et nonnes. Pas de distraction possible en l’occurrence.

Deux hommes torse-nu d’une trentaine d’années s’affrontent à armes égales sur un sol couvert de tatamis. Ils possèdent le même tatouage dessiné le long de leur échine, les symboles de l’alpha et de l’oméga confondus au cœur d’une croix catholique. Cela représente l’éternité du Christ avec l’alpha comme commencement et l’oméga comme fin de tout. Ce tatouage est porté par tous les Nephilims, ces orphelins des rues recueillis au Vatican dès leur plus jeune âge et formés pour devenir des soldats de Dieu. Ces guerriers sont l’élite parmi les humains.

Les deux corps bien bâtis sont le résultat de longues années d’entraînements intensifs. L’un d’entre eux se distingue par son collier qui ne le quitte jamais : un cordon noir autour du cou sur lequel est suspendue une chevalière en acier. Un trèfle à quatre feuilles est gravé dessus, ainsi que les mots « Onóir. Ádh. Ceartas. »[1] qui l’entourent. Cet homme se fait désarmer par son opposant, mais il continue de lui faire face avec assurance, alors que ce dernier commence à le narguer.

— Abandonne Declan, tu ne remporteras pas ce combat.

— Tu veux parier ?

Le ton plein de sarcasme, un sourire provocateur se dessine sur les lèvres de Declan Finnigan. Patient, il attend que son partenaire d’entraînement tente de lui porter le coup décisif. C’est à ce moment que Declan réagit. La respiration et les gestes parfaitement maîtrisés, il esquive l’attaque de justesse et frappe dans les côtes de son adversaire, avant de s’élancer au sol et récupérer son épée. Il se remet debout et passe à l’offensive, sans offrir de répit à son opposant qu’il a volontairement laissé s’épuiser. Declan enchaîne une combinaison de coups rapides pour le déstabiliser et prend l’avantage. Il repousse violemment le second Nephilim, croise le fer dans une ligne basse et décrit un arc de cercle en remontant son épée pour le désarmer. Il rattrape le pommeau en plein vol et positionne les lames en forme de ciseaux sous sa gorge, prêt à le découper. Le combat est terminé.

— Je t’avais dit que je gagnerais, se vante éhontément Declan.

Son adversaire ne répond pas tout de suite et attend que le brun le libère avant de se détendre un peu.

— C’était un coup de chance, rétorque-t-il en mauvais joueur.

— C’est une phrase de perdant.

Declan lui tourne le dos pour aller ranger les épées contre un muret sur lequel sont fixées plusieurs armes blanches de tailles et de poids différents, allant du shiruken au sabre et à la lance.

— Ne sois pas trop déçu. Si j’avais eu ma hache, je t’aurais battu en moins de trois coups, affirme Declan.

— On ne te l’a donc jamais dit ? Au XXIe siècle ce n’est pas très discret de se balader avec une hache.

— Parce que vous croyez que vous valez mieux avec vos épées et vos arbalètes ?

Declan n’aime pas que l’on critique son accessoire fétiche et il sait qu’il n’est pas objectif dans ses propos. La plupart des Nephilims utilisent des armes beaucoup moins voyantes, comme des dagues et des pistolets, même s’ils manient aussi des équipements plus anciens. Un petit rire s’échappe de la gorge de son partenaire, très vite interrompu par une nouvelle présence.

— Aurelio, laisse-nous veux-tu ?

— Bien sûr Père Hélios.

Après un salut respectueux, Aurélio quitte la salle pour permettre au prêtre de s’entretenir avec Declan. Le Nephilim enfile un tee-shirt et se tourne vers le vieil homme vêtu de son habit noir traditionnel.

— Un problème mon Père ? C’est à propos de la femme venue se confesser hier, c’est ça ? Pour ma défense vous n’étiez pas dans les parages alors il fallait bien que quelqu’un prenne votre place. Allez-vous me punir ?

Il n’y a aucune trace de culpabilité ou de remords dans la voix de Declan. Il semble au contraire s’amuser de la situation, notamment lorsqu’il se remémore la conversation de la veille. Cette femme était venue confesser un péché charnel, elle avait trompé son mari à deux reprises et avec des hommes différents. Elle souhaitait obtenir l’absolution. Declan lui a demandé si son époux parvenait encore à la satisfaire, ce à quoi elle a longuement hésité, déboussolée par la question, avant de répondre timidement que non. Quand on connaît Declan, la suite n’est pas difficile à deviner. Il lui a expliqué que si Dieu a créé les phéromones, c’est pour que certains désirs puissent être comblés, voilà pourquoi il comprend et pardonne de tels péchés.

— Tu as fait quoi ?!

Le ton du prêtre est virulent, ce à quoi le Nephilim répond par un grand sourire niais, de quoi faire perdre les moyens de n’importe quelle personne, y compris le Père Hélios. Mais ce dernier est habitué au comportement… disons quelque peu déviant de ce garçon qui a pourtant la trentaine. Tout le monde n’est pas fait pour devenir mature.

— Ne me raconte pas, je ne préfère pas savoir.

Le brun hausse les épaules devant le vieil homme qui a passé l’âge de le réprimander. Le prêtre a conscience qu’il ne pourra jamais obtenir mieux de sa part. Ce dernier sort de sa toge une enveloppe scellée qu’il tend à Declan.

— Le Conseil a répondu à ta demande.

Le Nephilim, perplexe, ouvre le document. Ses yeux couleur noisette parcourent l’écriture manuscrite.

— Ils acceptent de me laisser repartir en Irlande, pour rendre visite à ma famille.

— Tu as l’air contrarié, n’est-ce donc pas une heureuse nouvelle ?

— Bien sûr que si ! Mais j’ai fait cette demande en avril parce que l’un de mes frères allait mal et nous sommes en septembre… Si vous vous posez la question, il se porte mieux aujourd’hui.

Contrairement aux autres Nephilims, Declan possède une famille en-dehors de ces murs, ce qui le rend unique parmi ses congénères. Les Nephilims se considèrent tous comme frères et sœurs, car ils ont été placés sous couvert du Vatican lorsqu’ils n’étaient que des bébés ou des enfants en bas âge. La plupart sont orphelins ou ont été abandonnés par leurs parents. Ils ont grandi et évolué ensemble, s’épaulant dans les épreuves difficiles qui les ont transformés en guerriers redoutables. Declan est différent, il est le seul à les avoir rejoints aussi tardivement, à l’âge de vingt et un ans. Sa famille en Irlande continue de lui envoyer des lettres pour lui donner des nouvelles, mais comme il n’y répond que rarement, leur nombre a fini par diminuer.

— Tes prières ont été entendues, reprend le Père Hélios.

Le Nephilim roule des yeux et range le document.

— Pourquoi approuvent-ils seulement maintenant ?

— Peut-être qu’ils ont compris qu’après le décès de Kylian Byrne, il te serait bénéfique d’être auprès de ta famille.

Declan détourne le regard à l’évocation du nom de son ancien partenaire, visiblement mal à l’aise. À son arrivée chez les Nephilims il y a onze ans, il avait beaucoup de mal à se faire accepter par ses camarades. Tout le monde pensait qu’il ne serait pas à la hauteur en raison de son âge avancé, car ceux de sa génération avaient plus de quinze ans d’entraînement à leur actif. Kylian a été le premier à lui donner une chance, il l’a poussé dans ses retranchements pour le rendre fort rapidement. À force de travail acharné, Declan a fini par rattraper les autres Nephilims. C’est à partir de sa première victoire sur le terrain qu’il a gagné leur respect et qu’ils ont cessé de remettre en doute sa légitimité.

Kylian est devenu son binôme et ils ont combattu côte à côte comme de véritables frères. Mais l’année dernière, alors qu’ils se trouvaient tous deux en France pour une mission, Declan est rentré seul en Italie. Il a expliqué ne pas avoir pu rapatrier le corps de son coéquipier suite à une explosion ayant tout emporté sur son passage. Kylian a été déclaré mort et le Nephilim n’a plus jamais reparlé de cet incident.

Comme le veut la procédure, il aurait dû se voir attribuer un nouveau partenaire, car les Nephilims doivent chasser au moins en binôme pour leur propre sécurité. Mais il a refusé toutes les candidatures, comme il aime les appeler. Kylian était unique à ses yeux, il ne souhaite pas le remplacer.

— Il leur aura fallu du temps pour s’en rendre compte, reprend le Nephilim d’un ton méfiant.

Declan est heureux de pouvoir retrouver sa famille, mais la nouvelle arrive si soudainement que cela le rend perplexe. Le Nephilim croise à nouveau le regard du prêtre dans l’espoir de trouver une réponse à ses interrogations.

— Est-ce qu’il y a autre chose que je devrais savoir ?

Pendant un instant, un silence pesant s’installe entre les deux hommes.

— Tu en sais suffisamment pour l’heure.

Declan connaît assez le père Hélios pour comprendre que celui-ci ne souhaite pas lui mentir. Même si c’est frustrant pour le Nephilim, il devra se contenter des informations qu’il a pour l’instant.

— J’oubliais, Freya Coleman se trouve en Irlande et a dépassé sa date butoir de cinq jours. Le Conseil compte sur toi pour lui rappeler qu’elle est attendue en Italie et qu’elle a des devoirs à accomplir.

— Freya est… en Irlande ? s’inquiète Declan.

— Oui, c’est ce que je viens de te dire. Tu n’omettras pas de faire passer le message, n’est-ce pas ?

— Non, je vous le promets.

— Ne fais pas de promesse que tu n’as pas l’intention de tenir.

— Je respecterai celle-ci, mon Père.

Le ton de Declan devient soudain beaucoup plus sérieux, comme si l’enfant s’était enfin décidé à laisser place à l’homme. Cela ne durera pas, mais pendant un instant Père Hélios semble satisfait de la personne qui se trouve devant lui. Le prêtre se contente d’acquiescer avant de quitter les lieux.

[1] Devise en gaélique irlandais qui signifie : « Honneur. Chance. Justice. »

arrow left icon Prologue

Chapitre 2 arrow left icon

1 Commentaire

  1. alexandra boussemart

    Me revoici pour un compte rendu cours car j’ai peut de chose à dire sur tes écrits.
    J’aime ta maîtrise des scènes d’actions ( je vais tâcher de m’en inspirer les mienne sont trop haché je trouve)
    Déclan à l’air espiègle et fidèle en amitié tout de suite ça le rend attachant on le prend en sympathie.
    Quelque chose me dit que Kylian va repaître dans l’histoire.
    Une explosion sans corps retrouvé on ne me la fait pas!
    Le décors se plante, j’ai eu l’impression de voir un peut de Shadow Hunter en lisant ce passage ah ah

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *