Sélectionner une page

Chapitre 4

DATE: 2 Mai 2020  |  AUTEURE: Elina Connor  |  38 vues

Irlande du Nord, Comté d’Antrim

Installés à la table d’un restaurant, Declan observe Freya déguster ses frites en le narguant. Il est enfoncé dans son siège, les bras croisés et l’air renfrogné, alors que la rousse semble particulièrement se délecter de la situation. Le Nephilim n’a plus affiché le moindre sourire dès l’instant où ils ont mis les pieds au Byron Hamburger, une chaîne de restauration purement anglaise. Heureusement, leur serveur est d’origine française, ce qui le pousse à ne pas faire d’esclandre.

— Allez, Declan ! Mange au moins un morceau.

— Hors de question ! Moi vivant, on ne me fera rien avaler qui vienne de l’ennemi !

Declan est indigné. Comment a-t-elle pu l’emmener ici ? S’il avait été présent lors de leur installation, il ne leur aurait même pas laissé finir les travaux pour l’ouverture. Ambrose et Erin auraient dû faire quelque chose ! Mais il se doute qu’étant employé dans les forces de l’ordre, son frère ne peut plus se permettre ce genre d’écarts. Pff, c’est n’importe quoi ! À croire qu’il est le seul à vouloir protéger l’Irlande de l’invasion des rouges.

Après une dernière frite avalée, Freya affiche un sourire amusé devant l’assiette à laquelle Declan n’a pas touché, lui qui est pourtant un grand gourmand.

— Sortons d’ici, je t’ai assez torturé comme ça.

Il était temps !

La rousse discute quelques instants avec le serveur qui jette un coup d’œil en direction de son plat. La suite de leur conversation se déroule en français. Tous les Nephilims sont polyglottes et parlent au moins cinq langues, alors que Declan ne connaît que le gaélique, l’anglais et l’italien. Il les entend rire et se demande s’ils se moquent de lui, ce qui l’incite un peu plus à faire la tête.

Freya règle l’addition, pas parce que Declan n’est pas galant, mais elle sait qu’il ne versera pas un centime pour l’industrie anglaise. Elle l’a déjà assez provoqué pour la soirée, autant ne pas trop jouer avec ses nerfs.

Une fois dehors, le Nephilim se décrispe. L’air frais de l’Irlande suffit à lui faire oublier cette terrible épreuve. Ils reprennent tous les deux leur marche et Freya avoue que les magnifiques paysages de l’Irlande lui manqueront, même si elle est heureuse de rentrer bientôt en Italie. Mains dans les poches, Declan paraît songeur et décide d’aborder un sujet plus sérieux.

— Comment vas-tu Freya ? Sois honnête, on n’a pas tellement eu l’occasion de discuter depuis ce qui est arrivé à Daniel.

La peine et le regret semblent traverser le regard de la rousse lorsqu’elle l’entend prononcer son nom. Daniel Moretti était le binôme de Freya depuis qu’ils sont enfants et leur duo hors pair a bravé de nombreuses épreuves. Cette dernière l’a perdu il y a seulement quatre mois et Declan sait à quel point il peut être difficile de s’en remettre. Il n’a toujours pas accepté qu’on lui ait arraché Kylian depuis près d’un an. Voilà pourquoi il n’a rien dit face au spectacle de la Nephilim en train de torturer un daeva quelques heures plus tôt. Il connaît le chagrin provoqué par une telle perte et le besoin de se défouler sur ceux que l’on considère comme responsables.

Il est assez récurrent dans le monde des Nephilims d’être confronté au deuil. Malgré leurs entraînements intensifs, ils restent des humains qui affrontent des esprits maléfiques dotés de capacités hors normes, comme la rapidité ou la force. C’est pour cela que les Nephilims se battent généralement en binôme contre les daevas.

Declan a beaucoup de mal à accepter la manière avec laquelle il semble si facile de pouvoir remplacer un partenaire tombé au combat. Quand un Nephilim se fait éliminer, un autre doit automatiquement prendre sa place, encore une de leurs nombreuses règles. Declan a évolué onze ans aux côtés de Kylian et n’a jamais pu former un nouveau duo depuis. S’il n’y est pas parvenu, il se doute qu’il en est de même pour Freya, sinon elle n’aurait pas été seule ce soir.

— Ce ne sont pas des daevas qui l’ont tué.

Il s’arrête au beau milieu du trottoir suite à cette remarque. On ne lui a jamais expliqué les conditions exactes de la mort de Daniel. Il a simplement été mentionné qu’une mission en Angleterre avait mal tourné, que Daniel s’était vaillamment battu contre des daevas qui ont fini par avoir raison de lui.

— Qu’est-ce que tu racontes, le Conseil…

— Le Conseil a menti, le coupe-t-elle.

Declan est perplexe. Pourquoi leur aurait-on caché la vérité à ce sujet ? La jeune femme semble hésiter quelques instants. Reparler de ce qu’il s’est passé est encore douloureux.

— On pourchassait un groupe de daevas à Londres. L’un d’eux nous a échappé et on l’a poursuivi jusqu’à la forêt.

L’esprit ailleurs, Freya paraît se remémorer la scène.

— On a fini par l’éliminer, mais on a entendu un grognement au moment de partir. Un coyote est apparu devant nous, son regard bestial était fixé sur moi. On a essayé de s’éloigner, mais il s’est élancé dans ma direction et a pris la forme d’un ours immense… C’était un skinwalker, Declan. On n’avait jamais été confronté à l’un d’eux et on n’a pas su comment gérer la situation. Ils ne sont pas censés attaquer les humains. Si Daniel ne m’avait pas poussée…

Les yeux de Freya sont embués et elle ne parvient pas à terminer sa phrase, mais Declan comprend parfaitement où elle veut en venir. Si Daniel n’était pas intervenu, elle serait probablement morte à sa place. La rousse tente de rester la plus neutre possible durant son discours. Les Nephilims ne sont pas censés perdre le contrôle de leurs émotions, peu importe la situation.

— J’ai essayé de faire fuir l’animal, de le blesser, mais je ne pouvais même pas l’approcher… Il était enragé et mes coups semblaient à peine l’effleurer alors que Daniel était couvert de sang.

La Nephilim ose finalement relever son regard vers celui de Declan qui ne l’a pas interrompue jusque-là. Il lui faut le temps d’encaisser l’histoire qu’elle lui raconte.

— Freya tu n’aurais rien pu faire pour…

— Je suis partie comme une lâche, le coupe-t-elle. On a entendu un loup hurler à proximité, probablement l’un d’entre eux. Daniel était encore en vie. Il m’a supplié de m’enfuir avant qu’un autre skinwalker arrive, car il savait qu’il ne s’en sortirait pas et… Je l’ai écouté.

Le ton de la Nephilim est amer. Il n’est pas difficile de deviner à quel point elle regrette ce choix, même si Declan est persuadé qu’elle n’aurait rien pu faire pour le sauver. Si elle était restée sur place, ils seraient morts tous les deux.

— Je suis partie chercher des renforts, mais lorsque nous sommes revenus, il n’y avait plus qu’une flaque de sang. On a ratissé la forêt à la recherche de son corps. J’espérais…

Freya s’arrête et détourne les yeux, incapable de soutenir le regard de Declan.

— J’ai pensé qu’il était peut-être parvenu à se cacher. J’ai souhaité durant des semaines qu’un miracle se soit produit, mais je refusais l’évidence… Même si quelqu’un l’avait aidé, Daniel n’aurait jamais pu survivre à ses blessures.

Le Nephilim aimerait trouver les mots pour la réconforter et lui faire comprendre qu’elle a fait le choix qu’il fallait, aussi difficile soit-il. Mais il sait qu’aucune parole n’effacera sa douleur. Declan connaît ce chagrin, il l’a lui-même ressenti à plusieurs reprises et seul le temps a permis d’atténuer sa peine.

— Malgré cela, le Conseil a voulu préserver une bonne entente avec les skinwalkers, car ils sont également néfastes pour les daevas, reprend Freya. Ils ont déclaré que l’accident a eu lieu au cours d’une chasse habituelle et ont volontairement omis d’aborder leur présence. Ils pensent que c’était l’œuvre d’un solitaire et que ce n’est pas à nous de gérer ce genre de dérapage.

Declan est abasourdi, déçu. Il a l’impression d’avoir été manipulé, à croire que les Nephilims ne valent pas plus que des pions à sacrifier aux yeux du Conseil. À la place de Freya, il aurait probablement quitté l’Ordre des Nephilims en signe de rébellion.

— Tu étais proche de Daniel alors… tu mérites de connaître la vérité.

Le Nephilim serre les poings pour empêcher sa colère d’exploser. Il n’a pas le droit de perdre son sang-froid alors que Freya lutte pour ne pas se laisser aller à ses émotions. Il doit faire preuve de contrôle, par respect pour elle.

Declan appréciait particulièrement le duo formé par Daniel et Freya. Il leur arrivait souvent de partir en mission tous les quatre, devenant un quatuor redoutable. Ensemble ils sont parvenus à démanteler de nombreux groupes de daevas. Ils s’amusaient parfois à compter les points, le tandem ayant le moins de victimes à son actif était chargé d’offrir le dîner. Tous les coups étaient permis tant qu’ils ne se mettaient pas en danger les uns les autres. Ils ne pourront plus jamais revivre ces moments.

— Daniel mérite que tout le monde sache la vérité, dit-il d’un ton amer.

Il n’a jamais compris pourquoi les Nephilims se contentent de combattre uniquement les daevas, à ses yeux toute créature supérieure à l’homme représente une menace. Declan n’accepte pas l’ensemble des règles imposées par le Conseil. Il les a transgressées plus d’une fois, souvent couvert par Kylian qui ne souhaitait pas le voir terminer au Purgatoire à cause de son comportement déviant. Personne ne ressort de cet endroit dont nul ne connaît l’emplacement. Cette prison est gardée par des prêtresses qui retiennent ceux qui s’écartent du droit chemin ou qui mettent en danger le secret de l’existence des surnaturels.

— Je leur en veux, Declan. Au Conseil, aux skinwalkers, à Daniel…

Il partage ce sentiment, celui de l’abandon mélangé à une forme de haine et de rancœur. Il l’a déjà éprouvé à deux reprises, une première fois pour l’un de ses frères, la seconde pour Kylian. Mais ils n’ont pas le droit de se laisser envahir par le désir de vengeance au risque de biaiser leur jugement. Il comprend cette envie de crier à l’injustice pour ces êtres partis trop tôt, pour la manière violente dont cela s’est produit. Ils ont beau être préparés à affronter la mort, le fait d’évoluer aux côtés d’une personne durant de longues années rend sa disparition plus difficile à accepter. Lorsque la faucheuse décide d’emporter une âme, elle frappe et se moque du mal qu’elle provoque. Dans ces moments-là, on se pose la même question : pourquoi lui et pas moi ? Quand on partage un lien si fort, on préférerait que les rôles soient inversés. Oui, il imagine parfaitement ce que Freya doit ressentir à cet instant, tout comme il se doute qu’aucune parole ne sera suffisamment puissante pour effacer le vide occasionné par la perte d’un être cher.

Il attrape doucement le poignet de la belle rousse pour l’attirer contre lui et la serrer dans ses bras. Pour une fois, il ne cherche pas à jouer les pervers et se contente de lui apporter un minimum de réconfort. La Nephilim paraît d’abord quelque peu surprise par cette étreinte. Il n’est pas habituel chez eux d’avoir ce genre de comportement, mais elle se rend compte que ce geste lui fait du bien. Elle finit par glisser ses bras autour de Declan pour profiter de cet échange, empêchant une larme de couler.

arrow left icon Chapitre 3

Chapitre 5 arrow left icon

1 Commentaire

  1. alexandra boussemart

    Un billet sur le fait que son partenaire ne soit pas mort ! il est peut-être même devenu un skinwalker si ça marche comme les loups garou.
    Le conseil et les nephilims ca me rappelle aussi beaucoup le jeux vidéo darksiders avec les 4 cavaliers de l’apocalypse. Un de mes jeux préféré.
    J’espère qu’on en apprendra un peu plus sur eu.
    A se demander pourquoi freya (très jolie nom au passage) reste à leur solde ? Cela sera surement expliquer après.
    Résolument un peut triste se chapitre, l’ambiance est lourde mais bien abordé.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *