Sélectionner une page

Chapitre 9

DATE: 2 Mai 2020  |  AUTEURE: Elina Connor  |  34 vues

Irlande du Nord, Comté d’Antrim

À quelle heure se sont-ils couchés ? Très tard… À défaut d’avoir convaincu Aaron de dormir sur place, Erin lui a proposé de le raccompagner chez lui. Hors de question de le laisser prendre un taxi, ils connaissent bien l’arnaque ici. Étant la seule du groupe à s’être contentée d’un unique verre, elle est la plus à même de le ramener. Cela ne plaît pas à Declan qui les a observés d’un mauvais œil toute la soirée. Ils semblent être simplement amis, mais le Nephilim n’est pas dupe, il a parfaitement remarqué ces petits regards insistants et ces sourires dragueurs. Non, il ne s’imagine rien ! Ou peut-être un peu… Du repos lui fera le plus grand bien, du moins c’est ce qu’a estimé sa sœur lorsqu’il a proposé de se joindre à elle pour raccompagner Aaron. Elle lui a demandé de reconduire Ambrose jusqu’à son lit, ce dernier n’étant plus en état de mettre un pied devant l’autre, puis d’aller se coucher. Génial ! Elle y pense à toutes les idées saugrenues qui risquent de traverser son esprit jusqu’à ce qu’elle rentre ? Sûrement pas !

Erin n’a pas tardé à revenir tout compte fait, peut-être qu’elle se doutait que son frère ne fermerait pas l’œil tant qu’elle ne serait pas de retour. Le calme règne enfin dans la maison lorsque tout le monde se laisse bercer par le sommeil. Declan finit à son tour par rejoindre les bras de Morphée, mais sa nuit ne sera pas de tout repos. Son subconscient ravive un douloureux souvenir.

Une faible source de lumière parvient à éclairer l’intérieur d’une demeure dont les murs blancs sont couverts de traces d’un liquide brunâtre. Des corps gisent au sol, certains décapités, d’autres embrochés en plein cœur, l’un d’eux semble même avoir été brûlé. Parmi tous ces cadavres, Declan se tient debout. Le sang noir de ses ennemis coule le long de sa peau et des morceaux de chair sont accrochés à ses vêtements. La cage thoracique du Nephilim s’abaisse et se soulève dans un rythme imposé par sa respiration rapide, mais le souffle lui manque lorsqu’il entend un faible murmure résonner dans son dos.

— Dee, je t’en prie…

Tout son monde s’écroule. Il n’ose pas se retourner, sachant pertinemment ce qui l’attend. Sa tête est sur le point d’exploser, la pièce se met à tourner autour de lui et la voix le supplie à nouveau.

— Declan, fais-le… Fais-le !

Le Nephilim se réveille en sursaut. Redressé sur son lit, il est en sueur. Ce n’est pas la première fois qu’il fait ce cauchemar. Declan jette un coup d’œil à sa montre, il n’est que six heures trente. Tant pis, il ne parviendra pas à retrouver le sommeil de toute façon.

Declan est probablement resté une heure sous l’eau brûlante de la douche pour se remettre les idées en place. Au-delà du tatouage imposant dans son dos, de nombreuses cicatrices ornent son corps, souvenirs de ses combats et de certains échecs. Tous les Nephilims en ont. Le brun finit par couper l’eau et se sèche brièvement à l’aide d’une serviette avant d’enfiler un pantalon. Il attrape son tee-shirt et s’apprête à passer ses bras dedans, mais il s’arrête. Declan approche le vêtement de son visage puis recule en plissant le nez sous la mauvaise odeur du tissu. Il est temps qu’il lave son linge, hors de question de porter cela à nouveau !

Il retourne dans sa chambre et fouille ses affaires à la recherche d’un tee-shirt qui ne sentirait pas la mort ou la transpiration. Il ne remarque pas que sa sœur est réveillée. En passant devant la pièce, celle-ci ne peut s’empêcher de jeter un coup d’œil dans l’entrebâillement de la porte pour voir ce que fabrique son frère. Il lui est impossible de détourner le regard lorsqu’elle découvre les nombreuses cicatrices sur la peau de Declan. Il ne les avait pas lorsqu’il vivait encore en Irlande… Son inquiétude est visible, mais elle n’abordera pas le sujet pour éviter de le braquer ou de le faire fuir. Sans se douter de rien, le Nephilim attrape un énième tee-shirt et le porte à son nez.

— Tu feras l’affaire, dit-il en s’adressant au tissu.

Il se tourne vers la fenêtre et les yeux d’Erin s’écarquillent devant l’énorme tatouage de son frère qui prend toute la place dans son dos.

— Oh merde alors ! Ma’ va être furax si elle voit ça !

Les tatouages sont interdits dans la famille, par ordre de Lohan Finnigan qui en a horreur et trouve que cela fait voyou. Pour autant, Declan n’est pas le premier de la fratrie à ne pas respecter les règles.

— Une bonne raison de ne pas le lui dire.

Il enfile son tee-shirt et se rapproche de sa sœur qui continue de le fixer comme si elle venait de découvrir son plus grand secret.

— Qu’est-ce que j’ai en échange ? demande-elle avec un sourire espiègle.

— Tu te fous de moi !

— J’ai l’air de rire ?

Elle insiste en croisant ses bras sous sa poitrine et lui adresse un regard rempli de défi. On en est donc arrivé là ? Declan lève les yeux au ciel et soupire, résigné.

— OK. Qu’est-ce que tu veux ?

— Que tu t’occupes d’Ambrose. J’en ai marre de jouer les baby-sitters avec lui, les jumeaux me prennent déjà assez de temps comme ça. C’est ton tour maintenant.

— Si ce n’est que ça…

Declan sera ravi de changer les idées de son frangin, en revanche il n’est pas certain que ce dernier apprécie sa méthode.

— Et je sors ce soir, alors vous garderez Edan et Cameron.

Doit-il préciser qu’il n’est pas enchanté par ce qu’il entend ?

— Quel genre de sortie ?

— J’ai un rendez-vous galant Declan, tu sais, lorsqu’un homme invite une femme au restaurant, qu’ils apprennent à se connaître et que plus ils rient ensemble, plus il y a de chances pour qu’ils soient compatibles. J’ai conscience que tout ça est encore nouveau pour l’homme peu civilisé que tu es.

— En attendant, on pense tous pareil : femme qui rit à moitié dans ton lit.

Erin soupire d’un air agacé et lève les yeux au ciel.

— Heureusement, tout le monde n’a pas l’esprit aussi tordu que toi ! 

Le ton est un peu froid, elle semble lui en vouloir. Declan attrape le poignet de sa sœur lorsqu’elle tourne les talons pour partir et la stoppe dans son élan.

— Quoi encore ?!

— Profite de ta soirée Erin… Fais seulement attention à toi.

Le Nephilim sait qu’il ne s’y prend pas forcément de la bonne façon, mais il ne peut s’empêcher de s’inquiéter pour elle. C’est son rôle en tant que frère et cela prouve qu’il tient à elle. Erin retire cet air frustré de son visage et dépose un baiser sur sa joue.

— Toujours, dit-elle en lui adressant un clin d’œil. Maintenant va réveiller Brose, il va finir par être en retard.

Il ne faudra pas le lui dire deux fois. Le plus discrètement possible, Declan entre dans la chambre de son frère. L’obscurité ne l’empêche pas de remarquer à quel point la pièce est chaotique, visiblement avoir trente-sept ans n’aura pas rendu Ambrose plus ordonné. Pauvre Erin qui doit vivre avec trois gosses au lieu de deux. Une bassine remplie d’eau froide entre les mains, Declan avance comme un félin entre les obstacles qui jonchent le sol et se rapproche dangereusement d’Ambrose. Un sourire sadique se dresse sur son visage lorsqu’il l’observe dormir paisiblement… mais plus pour longtemps. Sans hésiter, il renverse tout le contenu du récipient sur son frère qui se redresse d’un bond.

— DECLAAAAAAAAAAAAN !

Tel un enfant qui n’a pas envie de recevoir la raclée de sa vie, Declan abandonne la bassine dans un coin de la chambre et s’enfuit en courant. Autant dire qu’avec un réveil pareil, la gueule de bois n’aura pas le temps de clouer Ambrose au lit cette fois.

Un verre de jus d’orange à la main, Erin ne peut s’empêcher d’afficher un sourire amusé malgré les plaintes de l’aîné sur ce réveil épouvantable. La présence de Declan fera du bien à Ambrose qui a besoin de se changer les idées.

arrow left icon Chapitre 8

Chapitre 10 arrow left icon

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *